La Nuit de l’Esprit

Christ_in_Gethsemane

La Voix fantasmagorique se retire peu a peu, le Ciel se clot, alors que le destin se dessine dans l’ebauche electrisee de l’abandon Divin, c’est la nuit complete, la nuit de l’Esprit qui est une desolation en realite une malediction severe du Juge Immuable, qui pese avec exactitude les oeuvres du coeur, et mesure avec certitude les actes multiples de l’ame. L’esprit est en pleurs, une lamentation qui dechire l’etre, dont le cri strident est une solitude dramatique face au poids du Destin, la masse du moi humain se trouve comme chargee de la meule du Peche qui l’accuse avec malice et detresse et tire l’ego vers le Centre de la Terre, vers la Presence d’un Enfer reel, qui debouche sur un dedale, un cul-de-sac – La Vie devient un Enfer permanent, une quete continue pour l’Eau Vivifiante de la Grace qui est desormais perdue pour jamais; c’est la Damnation. “Tu as perdu ton Ciel!”, proclame fierement le mensonge Demoniaque.

La Communion des Saints semble une consolation lointaine face au Courroux Divin, qui menace l’existence d’un Anatheme Eternel. L’ame est chargee du Peche, torturee par le Cauchemar d’une vie perdue, tandis que l’Esprit cherche l’Etre Aime, mort pour toujours dans le neant de l’ame, la Grace s’est envolee dans l’Au-Dela dans la compagnie du Feu Trinitaire qui semble avoir oublie l’existence meme de l’Esprit de predilection. Une nuit sans l’espoir d’un Pardon possible, d’une possibilite de rachat, c’est une Agonie permanente, un combat eperdu pour la realisation du Salut d’une seule ame. Comment donc concilier la soif du Ciel, le Desir de l’Amour avec l’esprit mort qui ne reconnait plus la lumiere meme du jour, mais qui est enfoui dans les Tenebres d’une nuit interminable?

L’Esperance fonde la confiance du Saint. Contre tout espoir, la tentative d’une oraison provisoire s’eveille, un sursaut d’orgueil, ou peut-etre, une larme d’amour, qui essaie de se raccrocher au souvenir, a la memoire, a quelque sourire, ou meme a une phrase de priere, un ancre probable dans la Tempete qui secoue le Navire de la Foi. L’amour est eteint, l’esperance amenuisee, mais la Foi demeure. Devant le Silence d’un Dieu indifferent, la bataille est engagee dans une formation spirituelle qui constitue l’essence de la Vie surnaturelle: la Force Tragique, sacramentelle meme, un residu de cette Presence Reelle consumee afin de fortifier les nerfs effleures par la peur, l’angoisse, et l’anxiete existentielles. Le Diable ricane, devant sa prise eternelle, devant sa conquete reelle, un soldat de Dieu, une veritable Etoile de l’Armee Divine attrapee dans le Piege d’un Dragon, d’un Monstre venu de l’Abime, qui semble se feliciter de sa Faute Primordiale.

La nuit de l’Esprit couvre le destin d’une Eglise perdue, ballottee par les eaux du monde, des puissances des Tenebres qui menacent le Catholicisme a l’extinction totale et certaine de sa Foi surnaturelle. C’est la mort cadaverique d’un Corps Mystique dissocie de sa Tete dirigeante, une nuit profonde qui tue veritablement l’ame, insouciante de son Destin supratemporel, immerge de maniere troublante dans l’exercice d’arts occultes qui lient les facultes de son pouvoir Divin, dans la subversion de la Transubstantiation – dans son essence, c’est la mort du Latin, la nuit de la forme substantielle.

Un passage necessaire vers la Terre Promise, une Paix qui est reconciliation entre l’art surnaturel et la theologie metaphysique, ou l’Histoire prend un sens nouveau. C’est la Purification d’un esprit rebelle a l’Autorite de Dieu, d’une Vie qui est Loi et qui se doit d’etre respectee comme telle. La nuit de l’esprit humain, face au naufrage spirituel et religieux de sa domination technique et naturelle, laisse place a une nouvelle Renaissance, un nouveau principe artistique qui anime de nouveau le souffle et lui donne une orientation de fondation reelle, c’est-a-dire Divine, creant un monde d’espoir libere de l’esclavage mental de la loi mecanique et de la logique numerique, qui imbuent la vitalite d’une depression existentielle qui est en verite pessimisme, fatalisme, defaite, et degout pour son rhythme vital.

Face a l’amnesie du mouvement eminent de l’evolution vecue, nait l’affirmation poussee du drame Romantique: “La Vie est belle, et vaut la peine d’etre animee.”

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s